Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/144

Cette page a été validée par deux contributeurs.


coin choisi par les amateurs de chorégraphie. Il guettait le pauvre Falaléi comme le chasseur guette l’oiseau, délicieusement, repassant ce qu’il dirait à toute la maison et surtout au colonel en cas de réussite. Son inlassable patience se vit enfin couronnée de succès ; il surprit la Kamarinskaïa ! On comprend pourquoi mon oncle s’arrachait les cheveux devant les larmes de Falaléi ; on comprend son émotion en entendant Vidopliassov annoncer aussi inopinément Foma Fomitch dont l’entrée nous trouva en plein désarroi.