Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/14

Cette page a été validée par deux contributeurs.


messes et on lui administrait les sacrements, tandis que le malheureux criait qu’il ne voulait pas mourir et implorait avec des larmes le pardon de Foma Fomitch. Et voici comment l’âme du général quitta sa dépouille mortelle.

La fille du premier lit de la générale, ma tante Prascovia Ilinichna, vieille fille et victime préférée du général — qui n’avait pu s’en passer pendant ses dix ans de maladie, car elle seule savait le contenter par sa complaisance bonasse, — s’approcha du lit et, versant un torrent de larmes, voulut arranger un oreiller sous la tête du martyr. Mais le martyr la saisit, comme l’occasion, par les cheveux et les lui tira trois fois en écumant de rage.

Dix minutes plus tard, il était mort. On en fit part au colonel malgré que la générale eût déclaré qu’elle aimait mieux mourir que de le voir en un pareil moment, et l’enterrement somptueux fut naturellement payé par ce fils impie que l’on ne voulait pas voir.

Un mausolée de marbre blanc fut élevé à Kniazevka, village totalement ruiné et divisé entre plusieurs propriétaires, où le général possédait ses cent âmes et le marbre en fut zébré d’inscriptions célébrant l’intelligence, les talents, la grandeur