Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/135

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Les domestiques s’étaient mis à le taquiner au sujet de son français, et Gavrilo, le vieux et respectable valet de chambre de mon oncle, osa même nier ouvertement l’utilité de cette langue. Cela revint aux oreilles de Foma Fomitch, qui se mit en fureur et, pour punir Gavrilo, le contraignit à étudier aussi le français. Voilà d’où provenait cette question du français, qui avait tant indigné M. Bakhtchéiev.

Quant à la tenue, ce fut encore pis, et Foma ne put obtenir le moindre résultat. Malgré sa défense, Falaléi venait chaque matin lui raconter ses rêves, ce que Foma estimait par trop familier et tout à fait indécent. Mais Falaléi persistait à ne pas changer. Bien entendu, tout cela retomba sur mon oncle.

— Savez-vous, savez-vous ce qu’il a fait aujourd’hui ? criait Foma en choisissant avec soin, pour produire plus d’effet, le moment où tout le monde était réuni. Savez-vous, colonel, où aboutit votre faiblesse systématique ? Il a dévoré le morceau de pâté que vous lui aviez donné pendant le dîner, et devinez ce qu’il a dit après ? Viens ici, imbécile ! viens, idiot ! gueule rose !

Falaléi s’avançait, pleurant et s’essuyant les yeux à deux mains.