Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/12

Cette page a été validée par deux contributeurs.


quable. On disait qu’il avait servi quelque part et qu’il avait souffert « pour la vérité ». On racontait aussi qu’il avait jadis fait de la littérature à Moscou. Rien d’étonnant à cela et son ignorance crasse n’était pas pour entraver une carrière d’écrivain. Ce qui est certain, c’est que rien ne lui avait réussi et, qu’en fin de compte, il s’était vu contraint d’entrer au service du général en qualité de lecteur-victime. Aucune humiliation ne lui fut épargnée pour le pain qu’il mangeait.

Il est vrai qu’à la mort du général, quand Foma Fomitch passa tout à coup au rang de personnage, il nous assurait que sa condescendance à l’emploi de bouffon n’avait été qu’un sacrifice à l’amitié. Le général était son bienfaiteur ; à lui seul, Foma, cet incompris avait confié les grands secrets de son âme et si lui, Foma, avait consenti, sur l’ordre de son maître, à présenter des imitations de toutes sortes d’animaux et autres tableaux vivants, c’était uniquement pour distraire et égayer ce martyr, cet ami perclus de douleurs. Mais ces assertions de Foma Fomitch sont sujettes à caution.

En même temps et du vivant même du général, Foma Fomitch jouait un rôle tout différent dans les appartements de Madame. Comment en était-il