Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/105

Cette page a été validée par deux contributeurs.


par exemple... que toutes ces hautes spéculations aient le plus puissant attrait, mais elles ne sauraient remplacer les femmes !... Ce sont les femmes, jeune homme, qui forment les hommes et l’on ne peut se passer d’elles ; c’est impossible, im-pos-si-ble, jeune homme !

— Impossible ! Impossible ! cria de nouveau la voix aiguë de Tatiana Ivanovna. Écoutez ! reprit-elle toute rougissante, avec un débit précipité de gamine, écoutez : je voudrais vous demander...

— À vos ordres ! répondis-je en la regardant attentivement.

— Je voulais vous demander si vous êtes venu pour longtemps !

— Vraiment, je ne sais pas trop ; ça dépendra des affaires...

— Des affaires ? Quelles affaires peut-il y avoir ? Oh ! le fou !

Écarlate, elle se cacha derrière son éventail et se pencha à l’oreille de l’institutrice. Puis elle éclata de rire en battant des mains.

— Attendez ! attendez ! s’écria-t-elle, laissant là sa confidente pour s’adresser précipitamment à moi, comme si elle eût craint que je m’en allasse. Savez-vous ce que je veux vous dire ? Vous ressemblez tant, tant à un jeune homme, à