Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/10

Cette page a été validée par deux contributeurs.


générale. Elle avait dans la maison son appartement particulier où elle vivait avec ses domestiques, ses commères et ses chiens. Dans la ville, on la traitait en personne d’importance et elle se consolait de son infériorité domestique par tous les potins qu’on lui relatait, par les invitations aux baptêmes, aux mariages et aux parties de cartes. Les mauvaises langues lui apportaient des nouvelles et la première place lui était toujours réservée où qu’elle fût. En un mot, elle jouissait de tous les avantages inhérents à sa situation de générale.

Quant au général, il ne se mêlait de rien, mais il se plaisait à railler cruellement sa femme devant les étrangers, se posant des questions dans le genre de celle-ci : « Comment ai-je bien pu me marier avec cette faiseuse de brioches ? » Et personne n’osait lui tenir tête. Mais, peu à peu, toutes ses connaissances l’avaient abandonné. Or, la compagnie lui était indispensable, car il aimait à bavarder, à discuter, à tenir un auditeur. C’était un libre penseur, un athée à l’ancienne mode ; il n’hésitait pas à traiter les questions les plus ardues.

Mais les auditeurs de la ville ne goûtaient point ce genre de conversation et se faisaient de plus en plus rares. On avait bien tenté d’organiser chez lui