Page:Dollier de Casson - Histoire du Montréal, 1640-1672, 1871.djvu/67

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


davantage à lui envoyer des ecclésiastiques de son séminaire ; Le zélé serviteur de J. C. ne pouvant refuser telles propositions les accepta d’abord, il eut bien voulu venir se sacrifier lui-même tout accablé qu’il était et près de son tombeau par ses mortifications et austérités extraordinaires, mais n’y ayant de possibilité à la chose, il jeta les yeux sur Mr. l’abbé Quélus, sur Mrs. Souart et Gallinier et Mr. Dallet, qui tous quatre acceptèrent le parti avec autant d’obéissance et de zèle qu’on en saurait souhaiter. Le temps étant venu de partir, chacun plia la toilette avec autant de diligence et de promptitude, qu’Isaac plia son fagot, s’en allant vers ce lieu qu’on regardait pour celui de son sacrifice. Quant à Mr. l’abbé de Quélus auquel l’assemblage du clergé avait voulu auparavant procurer une mitre pour venir ici prêcher l’évangile, il n’y vint pas avec moins de joie sous une moindre qualité. Voyant que la plus grande gloire de Dieu ne s’était pas trouvé conforme à celle que l’on avait eu de l’honorer du bâton pastoral. La conduite de Dieu est admirable en toutes choses ; Mr. de Maison-Neufve et Mlle. Mance se disaient d’années en années, il faut demander des ecclésiastiques à M. Ollier avant qu’il meurt, même il ne faut pas beaucoup tarder, car tous les ans on nous mande qu’il se porte mal. Ils se disaient assez cela tous deux ensemble, mais pour cela, ils n’en poursuivaient point l’exécution ; il n’y eut que cette année qu’ils entreprirent cela chaudement. — Voyons un peu comment il était temps de le faire ; incontinent que ces quatre messieurs furent partis, Mr. Ollier mourut, ils partirent en carême et il mourut à Pâques ; s’il fut mort plus tôt, peut-être que l’ouvrage serait encore aujourd’hui à entreprendre, même si ces quatre messieurs eussent différé le carême à partir, n’ayant point été engagés dans ce voyage qu’ils ne pouvaient honnêtement abandonner après s’y être mis ; apparemment ils ne seraient pas partis ; voyant cette mort arriver, mais la providence qui veillait sur son serviteur exécuta ses desseins, avant que d’en sortir voulut qu’il commença l’exécution de celui-ci et le mit en état d’être poursuivi avant que de l’attirer à soi ; — jusques alors, il avait été servi de lui par tous les coins de la France, mais pour dilater son cœur davantage et donner des espaces à l’excès de son amour, il voulut le porter par ses enfants, avant sa mort, jusques dans les pays étrangers, il ne voulut lui faire cette grâce qu’à la mort parce qu’il voulait que l’arrivée de ces quatre ecclésiastiques du séminaire de St. Sulpice fut un témoignage authentique au Montréal de l’intime amour que lui portait son serviteur, parle legs pieux qu’il lui faisait de ses enfants pour le servir après lui, Dieu seul sait combien ces quatre Missionnaires Évangéliques furent affligés ; étant encore à Nantes, avant de faire voile, ils apprirent la fâcheuse