Page:Dollier de Casson - Histoire du Montréal, 1640-1672, 1871.djvu/54

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


près pour l’ouïr il leur dit fortement : “ Ne vous avisez pas de faire du mal aux Français ; je viens du Montréal, nous y avons pris tels et tels vos capitaines qui y étaient allés comme vous savez, ils sont maintenant à notre discrétion, si vous voulez leur sauver la vie, il faut faire la paix.” Ces barbares ayant nommé leurs capitaines, et sachant qu’ils étaient pris, d’abord il s’approchèrent et dirent que volontiers ils feraient la paix d’abord qu’on leur rendrait leur gens. Ce qui réjouit beaucoup les pauvres assiégés, mais à la vérité, leur joie pensa tout d’un coup être changée en tristesse, car les Hurons qui étaient restés au Montréal avec les prisonniers Iroquois, pensèrent être pris, eux et leurs captifs tout à la fois, d’autant que sottement, ils les voulurent amener aux Trois-Rivières sans attendre aucune escorte de chaloupe, de bonne fortune les Iroquois songeaient alors qu’à la paix et furent surpris, que s’ils ne l’eussent été et eussent attrappé ces étourdis, les affaires eussent été en pire état que jamais, mais enfin, les Iroquois traitaient à main et à demain et ne songeaient qu’à se remplir des........ françaises sans plus songer à la guerre pour le présent ; au plus vite, on envoya des Trois-Rivières à Québec afin d’avertir de ce grand changement, et les Hurons qui étaient remplis d’orgueil pour ces réussites y portèrent promptement ces bonnes nouvelles, enfin il se fit une paix forcée, à quoi les ennemis acquiescèrent, seulement pour avoir leurs gens et avoir lieu ensuite de nous surprendre ; nous reconnaissions bien leur fourberie, mais comme ils étaient les plus forts, nous en passions par là où ils voulaient, la faiblesse de ce temps là faisait jeter de grands soupirs après l’arrivée de M. de Maison-Neufve avec son secours, mais enfin, il ne venait point, ce qui affligeait tout le monde à un tel point que la saison s’avançant sans qu’il parut ; afin d’obtenir cette grande assistance que tous attendaient par sa venue, 011 exposa le Très-Saint Sacrement pendant plusieurs jours, jusqu’à ce que le ciel, importuné par ces prières publiques, voulut exaucer les vœux de ces peuples, ce qui fut le 27 septembre, auquel jour on chanta à l’église le Te Deum pour action de grâce de son arrivée. M.de Maison-Neufve ayant rendu ses devoirs au Souverain des lumières, il alla rendre ses respects à M. de Lozon auquel il raconta les disgrâces de sou voyage, entre autres que son retardement avait été causé par une voie d’eau qui les avait obligé de relâcher trois semaines après leur départ. Ensuite de cette première visite, d’aller vers les Révérends Pères Jésuites et autres maisons religieuses, ensuite de quoi il se vint renfermer avec Mlle Mance pour lui dire en particulier ce qui s’était passé de plus secret dans son voyage, ensuite ce qui concernait cette bonne dame inconnue, ce qu’il commença de la sorte :