Page:Dollier de Casson - Histoire du Montréal, 1640-1672, 1871.djvu/44

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mais la plupart des choses que je désirais remarquer ayant été oubliées de ceux qui m’instruisent, il faut que je me contente seulement de vous rapporter les plus notables actions qui se firent pour lors, les autres étant hors le souvenir des hommes qui est le seul mémorial dont je puisse user dans cette histoire, laquelle jusqu’ici n’a eu aucun écrivain. Entre lés autres qui ont laissé après elles une plus grande impression dans les esprits cette année, celle de Jean Bourdart est fort remarquable : ce pauvre jeune homme étant sorti de chez lui avec un nommé Chiquot furent surpris par 8 ou 10 Iroquois qui les voulurent saisir ; mais eux s’enfuyant, Chiquot se cacha sous un arbre et tous ces barbares se mirent à la poursuite de Jean Boudart, lequel s’en allant à toutes jambes vers sa maison vers laquel il trouva sa femme, à laquelle il demanda si le logis était ouvert : “ Non, lui répondit-elle, je l’ai fermé ; ” “Ah ! voilà notre mort à tous deux,” lui dit-il, “ fuyons-nous-en,” lors en courant de compagnie vers la maison, la femme demeurée derrière fut prise, mais elle criant à son mari qui était près d’être sauvé ; le mari touché par la voix de sa femme la vint disputer si rudement à coups de poing contre les barbares, qu’ils n’en purent venir à bout sans le tuer ; pour la femme ils la réservèrent pour en faire une cruelle curée ; ce qui fait toute leur joie, aussi n’en tuent-ils point sur champ à moins qu’ils y soient contraints, Mr. Lemoine, Harchanbault et un autre, ayant accouru au bruit, furent eux-mêmes chargés par quarante autres Iroquois qui étaient eux-mêmes en embuscade derrière l’hôpital, lesquels les voulurent couper, ce qu’eux trois ayant aperçu, ils voulurent retourner sur leurs pas, mais cela était assez difficile à cause qu’il fallait passer auprez de ces quarante hommes, lesquels ne manquèrent pas de les saluer avec un grand feu sans toutefois qu’il y eut autre effet que le bonnet de M. Lemoine percé, bref ils s’enfuirent tous trois dans l’hôpital qu’ils trouvèrent tout ouvert, et où Mlle Mance était seule, en quoi il y a bien à remercier Dieu, car s’ils ne l’eussent trouvé ouvert ils eussent été pris et si les Iroquois eussent arrivé à passer devant l’hôpital, sans que les Français y eussent entré, comme la maison était toute ouverte ils eussent prit Mlle Mance, pillé et brûlé l’hôpital, mais ces trois hommes y étant entrés et ayant fermé les portes, ils ne songèrent qu’à s’en retourner avec cette pauvre femme et à chercher Chiquot qu’ils avaient vu cacher. Enfin l’ayant trouvé, il les frappait si fort à coup de pieds et de poings qu’ils n’en purent pas venir à bout, ce qui fit que craignant d’être joints sur ces entrefaites par les Français qui venaient au secours, ils lui enlevèrent la chevelure avec un morceau du crâne de la tête, ce qui ne l’a pas empêché de vivre près de quatorze ans depuis, ce qui est bien admirable.