Page:Dollier de Casson - Histoire du Montréal, 1640-1672, 1871.djvu/32

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lesquels pensaient être emportés d’un coup de canon par un malhabile homme, qui les voyant venir, courant avec confusion, sans faire distinction d’amis ou d’ennemis, mit le feu au canon, mais par bonheur, l’amorce se trouva si mauvaise que le coup ne s’en alla pas. Que s’il eut parti, la pièce étant si bien braquée sur le petit chemin par lequel ils venaient, qu’il eut tué tout le monde. M. de Maison-Neuve arriva au fort, chacun en eut une joie qu’on ne peut exprimer, et alors, trop convaincus de son courage, protestèrent qu’à l’avenir, ils se donneraient bien de garde de le faire ainsi exposer mal à propos. Au reste, il semble que Dieu en cette occasion ne leur avait imprimé de la frayeur que pour faire davantage éclater son courage et le mieux établir dans leur esprit. Ce rude combat et plusieurs autres qui se firent pendant cette année n’empêcha pas ce printemps même qu’on ne commença à faire du bled français à la sollicitation de M. d’Aillebout auquel le Canada a l’obligation de cette première épreuve, qui convainquit un chacun que la froideur de ce climat, ne l’empêchait pas de produire une grande abondance de bled. Enfin l’été étant venu, le sieur de la Barre arriva de France ici avec beaucoup de gens, partie desquels étaient d’une compagnie que la reine envoya cette année là en Canada sous sa conduite, laquelle compagnie fut distribuée dans les différents quartiers de ce pays ; et l’autre partie de ce monde venait aux frais des Messieurs du Montréal, lesquels firent encore cette année de très-grandes dépenses pour ce lieu. Ce qui est remarquable ici dedans, c’est l’hypocrisie du sieur de la Barre qui trompa tant de gens en France et en Canada ; à la Rochelle, il portait à sa ceinture un grand chapelet avec un grand crucifix qu’il avait quasi incessamment devant les yeux, tellement qu’il venait en ce pays comme un homme apostolique auquel on avait confié ce commandement. Ainsi, sous des vertus apparentes, il cachait une très méchante vie qui l’a fait finir ses jours sous une barre qui était plus pesante que celle de son nom ; au reste quoiqu’il fit l’hypocrite aussi bien qu’homme de son siècle, toujours est-il vrai qu’il a rendu un grand service au pays en y amenant ce secours, et c’est un être pour l’en récompenser que Dieu lui a fait faire cette rude pénitence pour fa conclusion de sa vie ; afin de lui donner un moyen de satisfaire à ses crimes, comme apparemment il a fait mourant d’une façon qui a laissé sujet de croire à tous que ça été pour le grand bien de son âme. Ce personnage qui portait eu lui l’image de la même vertu, demeura au Montréal toute l’année suivante, mais enfin on le reconnut par quelques promenades qu’il faisait fréquemment dans le bois avec une sauvagesse qu’il engrossa, ce qui découvrit l’erreur de ces beaux prétextes. Mais pour ne