Page:Doin - Le divorce du tailleur, 1873.djvu/19

Cette page a été validée par deux contributeurs.
20

fer, j’vois d’avance mam’ Lefèvre, ça va en faire un galimatias ! … Ma foi tant pis pour le bonhomme !. Ah ! c’est pas là qu’est ma grande inquiétude, c’est c’que m’a dit l’bourgeois !

Ah ! si j’avais la bonne chance qu’y divorce, c’pendant je l’crois… Tout m’le dit, — parce que… enfin… y a tant d’chose contre le bourgeois, qu’mame Thérèse, dira oui tout d’suite et aussi d’après c’que j’ai pu comprendre mam’ Lefèvre f’ra tout pour la faire consentir à divorcer !… Oui, oui, j’réussirai… j’en suis sûr… ce soir tout s’ra décidé… j’vas quitter la boutique de bonne heure, j’vas m’habiller en dimanche, j’fais d’suite ma d’mande, j’suis accepté oh ! alors je m’trouve l’plus heureux des mortels et j’travaille comme quatre !… allons… Mais… vlà mam’ Lefèvre… oh ! quels yeux !… y a du louche là-dedans.


Scène 9e

Mad. Lefèvre, Rémi

Mad. Lefèvre

Dis donc, mon p’tit Rémi, tu n’as pas vu M. Lefèvre ?


Rémi.

Oui, mam’ Lefèvre, que je l’ai même ben vu.


Mad. Lefèvre

Comme tu m’dis ça Rémi, d’un air tout drôle, voyons, tu l’as vu ?


Rémi.

Mais oui, Mam’ Lefèvre, que je l’ai vû ici, et puis après ça que j’lai pus vu, parc’qu’il est sorti.


Mad. Lefèvre

Sorti !… Mais Rémi. tu ne vois donc pas que j’suis sur les chardons… je n’y tiens plus… parle, parle donc, où est-il mon Lefèvre ?