Page:Doin - Le divorce du tailleur, 1873.djvu/15

Cette page a été validée par deux contributeurs.
16

bas. » Moi, j’ai r’descendu à la boutique… j’ai entendu votre dernier mot… et je m’suis déclaré.


Guillaume, (à part)

Ce Rémi m’ouvre les yeux il faut que je voie Thérèse (haut). Laissons cela, Rémi, si les choses ne changent pas et si je me décidais à prendre le divorce, eh bien, alors il sera temps d’en parler… Mais à propos Rémi, moi, à ta place, je profiterais des récompenses nationales, j’ai vu hier un des membres de la commission, et si tu voulais, tu pourrais occuper un grade dans l’armée en récompense de ta conduite aux trois journées de Juillet… et ça te ferait oublier les drôles d’idées qui germent dans ta tête.


Rémi

Ah ! merci, bourgeois, ne d’mandez rien pour moi, j’préfère rester ici, je m’trouve heureux, oh ! oui, ben heureux… J’attendrai.


Guillaume (à part)

Attends ! attends ! mon garçon, mais moi je te ménage une surprise (haut). C’est bien, Rémi, attends, à ton aise… mais qu’est-ce que j’entends là-bas ?


Scène 7e

Rémi, Lefèvre, Guillaume



Lefèvre (traversant le théâtre)

57, 57.


Guillaume

Eh ! c’est mon bon oncle Lefèvre ?


Lefèvre

Ah ! c’est toi Guillaume, 57, 57 (il marche).