Page:Doin - Le divorce du tailleur, 1873.djvu/12

Cette page a été validée par deux contributeurs.
13

d’hommes faire les Empereurs… on vivrait heureuses et nos maris seraient toujours à nos genoux !… Ah ! maintenant, il faut que j’aille voir ma pauvre nièce Thérèse, que je lui donne une bonne leçon afin qu’elle maîtrise un peu son mauvais sujet de mari (en sortant.) oh ! les hommes ! les hommes ?


Scène 5e


Guillaume, (entre et se jette sur une chaise)

Ouf ! Je suis brisé ! Quelle nuit ! Quelle orgie ! Quel jeu ! Ce Diable de Léonard m’a embêté avec son punch ! Son champagne, j’en ai encore la tête lourde !… Et encore m’avoir fait jouer ?… Et dire que j’ai perdu cent francs sur parole !… oh ben ! ma foi, il m’est encore dû de l’argent, nous paierons !… Je recommencerais bien une fête ce matin… mais plus le sou… plus rien, il faudrait encore en faire demander de cet argent… Et puis je suis tellement fatigué que je ferai mieux de dormir un peu… Dormir !… Oui ça va être facile, avec ma p’tite femme Thérèse, je la vois d’avance avec ses pleurs, me faire un tas de jérémiades, des remontrances, des prières !… Mais tout ça, ça m’ennuie, ça m’embête ! Je veux être mon maître, je sais bien que ma respectable tante Ursule Lefèvre lui donne un tas de petits conseils ?… Elle voudrait que Thérèse me mènerait comme elle mène le papa Lefèvre, mon oncle ! (il rit) ah ! ah ! ah ! ah ! La pauvre vieux, on peut dire que celui-là est un mari mouton !… Tiens ? Voilà le journal ? Je gage bien que ma tante a déjà vu le fameux article du divorce ? Et qu’elle va en conséquence faire un sermon à Thérèse à mon égard !… Eh bien, oui, le divorce ! Si on m’ennuie avec des pleurnicheries, j’envoie tout promener !… Et pourtant, elle est jolie ma Thérèse !… Je la regardais l’autre soir, elle avait voulu prendre son petit air colère et ses yeux brillaient comme deux escarboucles !… Oui, oui, elle est jolie !… Mais ma foi ! Au diable ! Encore une fois je veux être le maître !… Pas de reproches ! Je m’amuserai, je boirai ! Je ferai la noce et si l’on est pas content… Eh bien, je suivrai la pente que d’autres suivront… je profiterai du divorce.