Page:Documents relatifs à l’extension des limites de Paris.djvu/19

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
MÉMOIRE
PRÉSENTÉ PAR
LE SÉNATEUR PRÉFET DE LA SEINE
AU
CONSEIL MUNICIPAL
(11 mars 1859).


Messieurs,


J’ai l’honneur de vous soumettre, avec tous les éléments du projet d’extension des limites de Paris, les résultats des enquêtes faites sur ce projet dans les douze arrondissements actuels de la ville, en exécution du décret de l’Empereur du 9 février dernier.

La mesure sur laquelle le Conseil municipal a maintenant à se prononcer, sera un des faits caractéristiques de notre temps. En effet, la capitale de tout grand empire représente fidèlement, par ses alternatives de grandeur et de décroissance, les vicissitudes de la nation qui l’a formée.

Qu’une ville fondée, comme l’antique Lutèce, sur un sol riche en matériaux divers, au confluent de deux rivières arrosant des vallées fertiles et formant par leur réunion une voie fluviale importante, devienne le séjour permanent des chefs d’un peuple actif autant que brave, industrieux autant que spirituel, cette ville grandira, par une conséquence inévitable, non-seulement en proportion des accroissements du territoire et de la population dont elle sera le centre, mais encore et surtout en proportion de la force du lien qui unira toutes les parties de ce territoire, tous les groupes de cette population.