Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/690

Cette page a été validée par deux contributeurs.

le Patrice Julien, qui trouvant qu’elles étoient écrites d’un style trop diffus, les abrégea, & en renferma le sens en moins de paroles. Du temps de Bulgarus, l’on en fit une version moins élégante, mais exacte & littérale. Accurse préféra cette traduction qu’il appelle authentique, par préférence à celle de Julien, & comme plus fidèle & plus conforme à l’original. Les Authentiques ou Novelles sont divisées en IX collations ou chapitres.

☞ On s’est quelquefois servi du mot authentique s. f. pour désigner la loi qui condamne une femme convaincue d’adultère à perdre sa dot & ses conventions matrimoniales, à être rasée & enfermée dans un monastère pour deux ans, après lesquels, si son mari ne veut pas l’en tirer, elle est rasée & cloîtrée pour toute sa vie. Voyez Authentiquer une femme.

Rien n’arrête le sexe en son ardeur lubrique,
Il redoute moins Dieu, qu’il ne craint l’authentique.

Boil.

Authentique, pris substantivement, se dit encore pour un acte ou un écrit authentique. Cette relique n’est accompagnée d’aucun authentique, en sorte qu’elle est bien incertaine. Hist. de l’Egl. de Meaux, Tom. I, p. 225. L’authentique de sa châsse porte, &c. Ibid. p. 236.

AUTHENTIQUEMENT. adj. D’une manière authentique. Ce mariage s’est fait authentiquement. Il a prouvé authentiquement les faits par lui allégués. Ce testament a été fait authentiquement. Le Maît.

☞ AUTHENTIQUER. v. a. Il se dit particulièrement des actes. Rendre un acte authentique, le revêtir de toutes les formalités propres à le rendre authentique, y faire mettre le sceau de l’autorité publique. Auctoritatem dare, conciliare. Quand on envoie un acte d’un royaume dans un autre, ce n’est pas assez que des Notaires l’aient signé, il faut que le Magistrat l’authentique, qu’il y mette le sceau public, & une attestation, que ceux qui l’ont signé, sont personnes publiques, aux actes desquelles on ajoute foi en Justice.

Authentiquer une femme, c’est la déclarer convaincue d’adultère. Mulierem adulterii ream damnare. La condamner selon l’authentique Sed hodiè, qui est la 134e Novelle de Justinien, à perdre sa dot & ses conventions matrimoniales, & à être rasée & mise dans un couvent pour y demeurer deux ans, pendant lesquels il est permis à son mari de la reprendre, à faute de quoi elle y doit demeurer renfermée à perpétuité.

AUTHENTIQUÉ, ÉE. part. On appelle une femme authentiquée, ☞ celle qui a subi la loi de l’authentique Sed hodiè, qui se trouve sous le titre, au Code ad legem Juliam de adulteriis.

Ce mot vient du grec αὐθεντία.

AUTHIE. Rivière de France. Authia, Altilia. Elle a sa source près de Cogneux, aux confins de la Picardie & de l’Artois, baigne Dourlens & Auxi, & se décharge dans la Manche, entre l’embouchure de la Somme, & celle du Canche.

AUTIER. s. m. Vieux mot. Autel.

AUTOCÉPHALE. s. m. Autocephalus. Ce mot est grec, & vient de αὐτὸς, ipse, & κεφαλὴ, Caput, & signifie celui qui est lui-même Chef, n’en ayant point au-dessus de soi. C’est le nom que donnoient les Grecs à certains Archevêques qui étoient exempts de la juridiction des Patriarches, qui ne leur étoient point soumis. Tel étoit l’Archevêque de Chypre, par un Décret du Concile d’Ephèse, qui le tira de la juridiction du Patriarche d’Antioche. Il y avoit encore en Orient, plusieurs autres Prélats Autocéphales, & en Occident, ceux de Ravenne s’attribuaient le même droit. Le sixième Concile, Canon 39, appelle cela avoir le même droit que le Patriarche ; quand il explique cependant ce droit plus en détail, il dit que ce n’étoit autre chose que d’avoir des Evêques sous sa juridiction. Cela veut dire que l’Autocéphale étoit métropolitain, & n’avoit que des Evêques sous lui, & non point des Archevêques ou métropolitains, comme avoit le Patriarche ; mais que néanmoins il étoit en quelque chose égal au Patriarche, en ce qu’il n’étoit point soumis à un Patriarche. Les Evêques autocéphales étoient principalement ceux de Bulgarie, de Chypre & d’Iberie. Voyez Allatius, Lib. I, cap. 25 de utriusque Eccl. cons. Jean d’Artis dans son Traité des Ordres & Dignités des Ecclésiastiques, traite la question de l’autocéphalie des Evêques, des Métropolitains & des Exarques.

AUTOCHTONE. s. m. Αὐτόχθων. L’une des tribus d’Athènes, ainsi nommée d’un Roi que l’on croit avoir régné dans une partie de l’Attique avant Cécrops : ou plutôt à cause du surnom αὐτόχθονες, indigenæ, qu’affectoient de prendre les Athéniens, pour faire entendre que leur ville ne venoit point d’une colonie ; ce qu’exprime le mot grec, qui signifie né dans le lieu même où l’on habite. ☞ Les anciens donnoient le nom d’Autochtones aux premiers habitans d’un pays, par opposition à ceux qui étoient venus d’ailleurs s’y établir. C’est la même chose qu’Aborigènes. Selon une ancienne tradition, l’on croyoit que les hommes, ainsi que les plantes, étoient sortis du sein fécond de la terre. D’où venoit que les Athéniens se vantoient d’être Γηγενεῖς, è terra nati. Potterus, Archæol. Gr. l. i, c. 9.

☞ AUTO-DA-FÉ. s. m. Mot emprunté de l’Espagnol, exécution du jugement que l’inquisition rend contre les malheureux qui lui sont déférés. Voyez Acte de foi.

AUTOGÈNE. s. m. Autogenes. Nom que quelques Gnostiques donnoient au fils d’un certain esprit vierge qu’ils nommoient Barbelath ou Berbelat. Ils disoient qu’il avoit eu commerce avec un des Eons. Ils le nommoient aussi Adamas, Diamant, & Protarchonte, ou premier Archonte, premier Magistrat.

Ce mot est grec, & composé d’αὐτὸς, ipse, & de γίνομαι, fio. Autogène, qui a été fait par soi-même, qui existe par lui-même.

Autogène. adj. Epithète que l’on donne au Narcisse à fleur blanche, à cause que son oignon pousse des feuilles avant qu’on le mette dans la terre, desorte que la plante paroît croître d’elle-même. Αὐτογενὴς, d’αὐτὸς, soi-même, & γίνομαι, être produit.

AUTOGRAPHE. s. m. Terme didactique, qui n’est en usage que dans les Colléges, ou chez les Notaires. Scriptum autographum. C’est l’original de quelque écrit. C’est ce qui est écrit de la main propre de quelque personne, ☞ Comme si nous avions les épitres de Cicéron en original, écrites de sa propre main. L’autographe d’un ouvrage, d’un poëme.

☞ Il est aussi adj. Ouvrage autographe. Pièces autographes. Autographus.

Ce mot est composé de deux mots grecs, d’αὐτὸς, et de γράφω.

AUTOIR, ou AUTOIS. s. m. Habillement de tête, ou espèce de voile que les femmes du commun portent en différens endroits, sur-tout en Picardie, comme à Amiens.

AUTOMATE. s. m. Terme de Mécanique. Machine qui se remue par elle-même ; qui a en soi le principe de son mouvement ; comme une montre, une horloge à contrepoids, ou autres machines qui se meuvent par ressort. Automatum. Ce mot est purement grec : plusieurs prononcent astomate ; mais quoi qu’en dise Ménage, qui le prononce de la sorte, il faut prononcer automate avec les meilleurs auteurs. Au reste, ce terme d’automate est pareillement consacré pour désigner les bêtes, que les Cartésiens prétendent être de pures machines, ou, pour parler plus précisément, de purs automates, ☞ & généralement pour exprimer des machines qui imitent le mouvement des corps animés.

☞ Le Flûteur automate de M. Vaucanson, le canard & quelques autres machines du même Auteur, sont ce que nous avons vû de mieux en ce genre depuis long-temps. Voyez Androide.

Si la régularité & la subordination qui se remarquent dans la république des abeilles ne supposent pas un principe connoissant, qui m’empêchera de prendre pour des automates tous les ouvriers d’une manufacture ?