Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/689

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

AUTEUR. s. m. Qui a créé ou produit quelque chose. Auctor. On le dit par excellence de la première Cause, qui est Dieu. L’Auteur de toute la nature. Le Souverain Auteur du monde. Ce mot vient de αὐτὸς, ipse. L’Auteur est celui qui n’a pris son ouvrage d’aucun autre ; c’est celui qui l’a produit, qui l’a mis au jour.

Vous offensez les Dieux, auteurs de votre vie. Racin.


Tant de rares beautés, tant d’ouvrages divers,
Te parlent de l’Auteur de ce grand Univers ;
Et tu n’entends point leurs paroles. L’Abbé Tétu.

Auteur, se dit en particulier de ceux qui sont les premiers inventeurs de quelque chose. On croit que Flavio de Melphe est l’auteur de la Boussole. Polydore Virgile a écrit huit livres de ceux qui ont été les auteurs & inventeurs des choses.

Auteur, se dit aussi de ceux qui sont cause de quelque chose. Ce Ministre est l’auteur de ma fortune. Ce chicaneur est l’auteur de la ruine de votre maison. Des Chefs de diverses nations, & indépendans entr’eux, s’opposent le plus souvent aux conseils dont ils ne sont pas les auteurs. Saraz.

De nos propres malheurs auteurs infortunés,
Nous sommes loin de nous à toute heure entraînés.

Boil.

Auteur, se dit aussi des Chefs d’un parti, d’une opinion, d’une conspiration, d’un bruit qui court. Pythagore est auteur de l’opinion de la Métempsycose. Quand on a découvert quelque conjuration, il en faut punir sévèrement les auteurs. Celui la est l’auteur du vol ; les autres n’en sont que les complices.

Auteur, en fait de Littérature, se dit de tous ceux qui ont compose quelqu’ouvrage, particulièrement de ceux qui ont fait imprimer. Il faut respecter les Auteurs sacrés. Les Auteurs modernes ont enchéri sur les anciens. Les Auteurs latins ont pillé les Auteurs grecs. Cet homme s’est enfin érigé en Auteur ; il s’est fait imprimer. Les Auteurs les plus polis & les plus exacts ne brillent pas toujours en conversation : ils ne disent presque rien, pour trop penser à ce qu’ils veulent dire. Bouh. Les Auteurs accoutumés à rêver profondément, afin de bien tourner une pensée, sont le plus souvent distraits, & gardent un silence morne dans une conversation enjouée. Id. C’est peut-être ce qui a contribué à décrier la qualité d’Auteur. Car elle se prend quelquefois en mauvaise part, & c’est plutôt une injure qu’une louange. On entend par-là un homme qui ne raisonne pas comme les autres ; qui pense tout autrement que le reste du monde ; qui ne parle point naturellement, & qui est fort entêté de lui-même. C’est ce qui a fait dire à M. Paschal, que quand on voit un style naturel, on est tout étonné, parce qu’on s’attendoit de voir un Auteur, & qu’on trouve un homme. Il faut plus que de l’esprit pour être Auteur. La Bruy. Les adorateurs de l’antiquité ne se piquent que du talent de bien entendre un vieux Auteur. Perr.

Un Auteur à genoux dans une humble préface,
Au Lecteur qu’il ennuie a beau demander grâce. Boil.


Sans la langue en un mot, l’Auteur le plus divin
Est toujours, quoi qu’il fasse, un méchant Écrivain.

Idem.


Les vers ne souffrent point un médiocre Auteur. Id.

Un Auteur original, est celui qui a le premier traité une matière, qui n’a point eu de modèle, ou pour les choses qu’il a dites, ou pour la manière dont il les a dites. C’est un bon préjugé pour le progrès des lettres dans un pays, quand il s’y rencontre en même temps plusieurs Auteurs originaux qui servent de modèle aux autres. De Vig. Mar. Voyez Original.

On dit aussi d’une femme, qu’elle est Auteur, quand elle a fait quelque livre, ou quelque pièce de théâtre. La Reine Marguerite, fille d’Henri II, étoit Auteur. Mme du Bocage est Auteur de la Colombiade, Poëme épique. Lorsqu’il s’agit d’une femme, on fait quelquefois ce nom féminin ; mais il faut en cela beaucoup de réserve. Plusieurs jeunes Dames de la Cour, dont l’Auteur (Madame Guyon) étoit connue. Hist. de l’Egl. de Meaux. t. I. p. 490.

Auteur, en termes de Droit est aussi opposé à Procureur. Celui qui agit pour un autre, s’appelle Procureur ; & celui au nom duquel le Procureur agit, s’appelle Auteur parce que c’est par son autorité que le Procureur agit. Desbans. Tout ce que fait un Procureur en vertu de sa procuration, oblige son Auteur de la même sorte que s’il y étoit lui même obligé ; car le Procureur représente son Auteur. Tout ce que fait donc le Procureur, est censé fait par l’Auteur même. Id. Ce que les hommes traitent avec un Procureur, les oblige autant que s’ils avoient traité avec l’Auteur même. Id. L’Auteur peut révoquer le Procureur qu’il a constitué ; mais cette révocation doit être signifiée à celui-ci. Id.

En termes de Palais, on appelle Auteurs, ceux dont on a acquis le droit de posséder quelque héritage par vente, échange, donation, ou autre contrat. On donne en Justice un délai pour appeler en garantie son auteur.

On dit aussi à celui qui débite une méchante nouvelle ; il faut nommer votre auteur, autrement on croira que vous l’avez inventée.

Auteur, se dit aussi en fait de Généalogie. L’Auteur d’une maison, d’une famille, est celui jusqu’auquel on remonte ; qui en a été le premier, qui l’a fondée & rendue illustre. Caput, stirps. Les Auteurs de sa race, ceux de qui l’on descend.

Auteur, en termes de Collège. On appelle absolument & par excellence auteur, celui qu’un écolier explique, ou qu’on fait expliquer pour-lors dans les classes. Montrez-moi votre auteur ? Vous apporterez quatre pages de version de votre auteur. ☞ On dit en ce sens auteurs classiques, ceux qu’on explique dans les classes.

AUTHÉMÉRON. adj. m. On appelle un remède authéméron, lorsqu’il soulage un malade le même jour qu’il l’a pris. Αὐθήμερον. D’αὐτος, le même et ἡμέρα, jour. Il y a dans Galien deux remèdes de cette espèce pour les maladies de la rate.

AUTHENTICITÉ. s. f. Qualité de ce qui est authentique. Veritas, authenticitas. L’authenticité des Livres sacrés. L’authenticité d’un passage. Comme on dit un acte authentique, un arrêt authentique, on dit de même l’authenticité d’un acte, l’authenticité d’un arrêt, &c.

AUTHENTIQUE, ou AUTENTIQUE. adj. Solennel, célèbre. Res certæ fidei, certus, authenticus. Les vérités chrétiennes sont fondées sur des témoignages authentiques. Le Parlement a donné un arrêt authentique contre les jeux de hasard. Il y a un passage authentique dans un tel endroit pour confirmer cette proposition.

Ce mot est purement grec, & signifie qui est d’une autorité reçue, qui mérite qu’on y ajoute foi.

Authentique, en termes de Jurisprudence, signifie, revêtu de toutes les formes, & qui est attesté par des personnes publiques ; auquel on ajoute foi en Justice. Il faut prouver ce qu’on allégue en Justice par des pièces authentiques, ou titres originaux. Authenticæ tabulæ. Un acte n’est point authentique & exécutoire, s’il n’est en original, signé & scellé. On a appelé aussi autrefois, personnes authentiques, les Nobles & les premiers de l’État, comme étant gens dignes de foi, & dont l’autorité étoit reçue.

Authentique, se dit particulièrement d’un sceau, d’une Justice subalterne, & d’un Tabellion, pour le distinguer du scel royal. Contrat passé sous le scel authentique, non royal, ne porte point d’hypothèque hors la Juridiction, comme prétendent quelques-uns.

Authentiques, en termes de Droit, est un nom qu’on a donné aux Novelles de Justinien. Authenticæ. On ne sait pas trop pourquoi on les a appelées authentiques ; Alciat prétend que c’est Accurse qui leur a donné ce nom. Comme elles avoient été d’abord composées, & dirigées en grec, elles furent traduites en latin par