Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/625

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

largeur, que les vitriers soudent sur les panneaux des vitres pour fixer les verges de fer qui les tiennent en place.

Attache, en termes d’Anatomie est le ligament qui attache une partie du corps à une autre. Ligamen. Les attaches des poumons sont le médiastin qui les attache au sternum & au dos, la trachée artère & la veine des poumons qui les attachent au cou, l’artère & la veine des poumons qui les attachent au cœur ; & quelquefois des ligamens fibreux, qui les attachent à la plèvre & au diaphragme.

Attache, dans le sens figuré désigne une disposition habituelle de l’ame, une passion violente pour un objet qui occupe l’esprit ou le cœur, passion qui nous lie à ce que nous aimons. Studium, amor. Vous aurez bien de la peine à rompre cette attache. Ce jeune homme a de l’attache à l’étude. Attachement vaudroit mieux en cet endroit là. Il joue avec attache, pour exprimer qu’il joue avec beaucoup d’ardeur & d’application, qu’il est passionné pour le jeu. Attachement ne seroit pas si bien ici. Avoir de l’attache aux richesses, aux vanités & à la vie. Quand on a une fois goûté les choses spirituelles, tout ce qui se ressent des attaches & de la contagion de la chair & du sang, paroît insipide. Toutes les amitiés humaines seront anéanties par la mort, & nous entrerons dans une solitude éternelle, où toutes nos attaches seront rompues. Port-R.

Attache, attachement, dévouement, considérés comme synonymes. Quoique le mot d’attachement, dit M. l’Abbé Girard, puisse quelque fois s’appliquer en mauvaise part, il est pourtant mieux placé que les deux autres à l’égard d’une passion honnête & modérée. On a de l’attachement à son devoir ; on en a pour un ami, pour sa famille, pour une femme d’honneur qu’on estime.

☞ Celui d’attache convient mieux lorsqu’il est question d’une passion moins approuvée ou poussée à l’excès. On a de l’attache au jeu ; on en a pour une maîtresse, quelquefois même pour un petit animal.

☞ Le mot de dévouement est d’usage pour marquer une parfaite disposition à obéir en tout. On est dévoué à son Prince, à son maître, à son bienfaiteur, à une dame qui a acquis sur nous un empire absolu. Les deux premiers marquent de la sensibilité & de la tendresse. Voyez Dévouement.

☞ L’attachement est sincère ; l’attache est forte ; le dévouement est sans réserve. Aujourd’hui on n’oseroit pas, sans rougir, faire paroître beaucoup d’attache en amour ; mais on craindroit de n’y pas paroître heureux. Une forte attache fait également sentir des plaisirs vifs & des chagrins piquans.

ATTACHEMENT. s. m. Disposition habituelle de l’ame pour un objet qui nous est cher & que nous craignons de perdre. Sentiment qui nous unit à ce que nous estimons. Propensio, fludium. Nous avons déjà dit au mot attache que le mot d’attachement est mieux placé à l’égard d’une passion honnête & modérée. Nous ajoutons ici qu’il régit plus ordinairement le datif, quand il se dit des choses ; & l’accusatif avec une préposition quand il se dit des personnes. Attachement à son devoir ; attachement pour un ami. Si M. de la Roch a dit : l’attachement & l’indifférence que nous avons pour la vie, sont des goûts de l’amour propre ; c’est peut-être qu’indifférence a entraîné attachement dans le régime. Personne n’a plus d’attachement pour lui, que moi. Devinctior me illi alter non est. Que dirai-je de son attachement immuable à la religion de ses ancêtres. Flech. Les mœurs de notre siècle ont banni des lois de l’amitié tout attachement contraire aux intérêts. La vie ne sauroit être gracieuse sans quelque attachement.

Attachement, signifie aussi grande application. avoir de l’attachement à l’étude, au travail. Attache au jeu, & non pas attachement.

On dit au pluriel, les attachemens de la terre. Elle survécut à ses grandeurs, afin qu’elle pût survivre aux attachemens de la terre. Boss.

Honteux attachemens de la chair & du monde,
Que ne me quittez-vous, quand je vous ai quittés ?

Corn.

Attachement, se dit en termes de Guerre. ☞ L’attachement du mineur, est l’action de le mettre en état de travailler à couvert, pour faire une brèche par le moyen de la mine. Voyez Attacher le mineur. L’attachement du mineur se fait au milieu des faces, au tiers du côté des angles flanqués des ouvrages, bastions, demi-lunes, &c.

ATTACHER. v. a. Joindre quelque chose à une autre avec un lien, avec quelque ferrement, ou autre chose propre à l’arrêter ou empêcher qu’elle ne s’éloigne. Alligare, colligare. Il a attaché son cheval à un arbre. Attacher des pièces ensemble avec un filet. Attacher un tableau à la muraille avec un clou. Le nœud qui attachoit le joug du timon étoit fait d’écorce. Ablanc. On le dit aussi en parlant de plusieurs supplices. Attacher au gibet, au carcan. Attacher en croix. Attacher à la chaine. On dit en ce sens que J. C. a été attaché pour nous à l’arbre de la croix.

Ménage dérive ce mot du latin attachiare, qui se trouve dans les Auteurs, & a été fait de attaxare, ou attexere. Il vient plutôt de tach, qui en langage Celtique, ou Bas-Breton, signifie clou, & tacha, clouer, parce qu’on attache avec des clous. Icquez le dérive de teacan, mot saxon, ou de tacan, mot pris des langues du Nord. Ces deux mots veulent dire prendre : on y a ajouté la préposition ad en changeant le d en t, pour rendre la prononciation plus douce.

En termes de l’art militaire. On dit, attacher le mineur au corps d’une place ; pour dire, le mettre en état de travailler à couvert, à faire une mine au corps de la place. On commence par faire un trou dans l’endroit où l’on veut établir la mine, au pied du mur, quand le fossé est sec ; & à un pied au-dessus de la superficie des eaux, quand le fossé est plein d’eau. Ce trou se fait par le moyen de la batterie qu’on aura placée sur la crête du glacis, qui tirera en plongeant. Dès que ce trou sera de la profondeur de quatre à cinq pieds, le mineur s’y rendra à la faveur de sa galerie, s’y logera, s’y couvrira de son mieux, & se mettra à travailler à sa mine avec diligence.

Attacher, se dit dans les manufactures de soie, des semples, du corps, des arcades & des aiguilles. C’est les mettre en état de travailler. Encyc.

Attacher les rames de Rubannerie. C’est l’action de fixer les rames à l’arcade du bâton de retour.

Attacher haut. Terme de Manège. Attacher la longe du licou aux barreaux du râtelier, pour empêcher que le cheval ne mange sa litière.

Attacher, lier, dans une signification synonyme. On lie, dit M. l’Abbé Girard, pour empêcher que les membres n’agissent, ou que les parties d’une chose ne se séparent. On attache pour arrêter une chose, ou pour empêcher qu’elle ne s’éloigne. On lie les pieds & les mains d’un criminel ; & on l’attache à un poteau. On lie un faisceau de verges avec une corde. On attache une planche avec un clou.

☞ Ce mot entre dans des façons de parler figurées qui sont très-belles. Un homme est attaché, quand il n’est pas en état de changer de parti ou de le quitter ; il est lié quand il n’a pas la liberté d’agir. L’autorité & le pouvoir lient. L’amour & l’intérêt attachent. Nous ne croyons pas être liés quand nous ne voyons pas nos liens ; & nous ne sentons pas que nous sommes attachés, lorsque nous ne pensons point à faire usage de notre liberté. Un homme est lié à sa femme, & attaché à sa maîtresse.

Heureux qui satisfait de son humble fortune,
Libre du joug superbe où je suis attaché,
Vit dans l’état obscur où les Dieux l’ont caché. Rac.

Attacher, signifie encore intéresser par quelque chose d’agréable, rendre l’esprit attentif par quelque charme secret. Allicere, devincire. Dans une narration il faut savoir attacher l’esprit par le choix & par l’amas des plus considérables circonstances. Boil. La tra-