Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/6

Cette page a été validée par deux contributeurs.


le juste et le vrai resplendissent comme la lumière dont ils sont l’emblème dans le monde moral.

Les États-Unis, dominés depuis 70 ans par le pouvoir esclave, avaient vu les admirables principes posés dans la déclaration d’indépendance et dans la constitution fédérale systématiquement pervertis et devenir lettre morte sur bien des points. L’esclavage, « cette somme de toutes les abominations, » disait John Wesley, avait, là comme ailleurs, souillé tout ce qu’il avait touché. Le corps social en était gangréné ; il fallait le régénérer. Il fallait rompre avec un passé coupable, avec une si longue habitude de l’immoralité qu’on avait fini par ne plus la trouver hideuse.

C’est une chose étonnante, et ce n’est pas un des moins singuliers mystères de notre nature, que la facilité avec laquelle on s’habitue à tout en ce monde, voire même aux plus épouvantables iniquités ! On en était venu à parler de l’esclavage américain non pas seulement comme d’une chose indifférente en elle-même, mais comme d’une institution bienfaisante et toute dans l’intérêt de la race qui en était victime !