Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/423

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 425 —

autant d’emportement et de fanatisme que le reste de la population.

Aux premiers siècles du christianisme, l’Église était bien forcée d’accepter le fait de l’esclavage, mais toute sa doctrine le flétrissait, et on en était venu à exiger des payens qui se faisaient chrétiens la manumission de leurs esclaves. On a de nombreux exemples de centaines d’esclaves libérés par leurs maîtres nouvellement convertis au christianisme.

L’Église alors ne combattait pas l’esclavage comme fait politique, mais elle le flétrissait énergiquement comme institution immorale et anti-sociale. S’il est donc un fait qui semble être le plus inexplicable de ce siècle, c’est celui de tous les Clergés chrétiens des États-Unis se mettant en contradiction aussi palpable avec toute la doctrine du christianisme.

On dit a cela que les Clergés subissent les influences au milieu desquelles ils vivent.

C’est précisément là ce que je leur reproche, car ils ne doivent pas subir indifféremment les mauvaises influences comme les bonnes ; ils doivent exercer un certain