Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/407

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 409 —

retrouve le noir tout aussi abruti qu’au premier jour ! Et comment en est-on arrivé là ? À coup de lois plus féroces ou plus barbares les unes que les autres ! Non-seulement on n’a pas même essayé de moraliser le noir et de l’éclairer, mais toute la législation comme toute l’histoire des États du Sud démontrent que la seule intention, le seul but des maîtres étaient de le tenir dans la plus grande ignorance et la plus grande dégradation possibles pour mieux assurer la perpétuation du système. Avec les étrangers on faisait de la plus haute philanthropie en paroles, on donnait l’air d’être rempli de la plus cordiale sympathie pour le noir ; on n’en parlait que sur le ton de l’affection et de l’intérêt ; mais quant on se retrouvait seul

    ger elle allait chercher sa liberté au Nord !

    Voilà un des plus beaux faits de l’histoire de l’humanité. Mais ou admettra bien que c’est de la race noire que ce trait fait l’éloge, nullement de la race blanche !

    Si depuis la sécession les blancs ont dormi plus tranquilles, (et rien ne le prouve, et beaucoup de lettres privées semblent prouver le contraire) cela démontrerait tout au plus que la race supérieure calomniait odieusement l’inférieure après l’avoir tenue sous l’arbitraire le plus épouvantable. Cela prouverait enfin que le blanc avait été pire et que le noir restait bien meilleur qu’on ne les représentait.