Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/40

Cette page a été validée par deux contributeurs.


reprendre la jouissance du privilège inaliénable d’une créature de Dieu ; n’avaient pu violer aucune loi locale des États-Unis puisqu’ils étaient sur la haute mer, et n’étaient conséquemment pas amenables à la juridiction des États-Unis. »

La seule lecture de ces résolutions souleva une tempête terrible sur les bancs des députés du Sud, et leur colère devint si bruyante que M. Giddings, voyant que toute discussion calme d’une aussi importante question était impossible dans le moment, crut devoir retirer ses résolutions, en exprimant son intention d’en remettre la discussion à un jour ultérieur, afin qu’elles pussent être imprimées et étudiées dans l’intervalle. Mais ce que le pouvoir esclave craignait par dessus tout, c’était la discussion calme et réfléchie des principes sur lesquels était basée la constitution des États-Unis, et quoique M. Giddings eut retiré ses résolutions, un membre du Sud se leva dans un état de grande excitation, et proposa un vote de censure immédiat contre M. Giddings pour avoir osé présenter des résolutions aussi malsonnantes aux oreilles de Messieurs les planteurs, et qui, disaient-ils, sentaient la