Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/338

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 340 —

« Alors ils jetèrent les organes par terre et la foule se précipita dessus les foulant aux pieds dans la poussière au milieu de cris assourdissants.

« Je sais que cette histoire est presque trop affreuse pour être crue. Néanmoins après enquête minutieuse dans l’endroit même ou l’atroce affaire avait eu lieu je me suis convaincu de son entière exactitude. Je l’ai décrite sans aucun coloris de mon crû et telle qu’elle m’a été décrite par un témoin qui n’y avait assisté qu’à regret »

Messieurs, chez quel peuple de cannibales et de buveurs de sang s’est-il jamais rien passé de pire ?

Dix mille personnes sont là, acceptant leur part de responsabilité de ces horreurs ! La femme et les deux filles du supplicié sont là, forcées de regarder ! Ce monstre royal qui avait nom Louis xi est rejeté dans l’ombre par la chevalerie du 19me siècle ! Louis faisait dégoutter sur deux enfants le sang de leur père décapité, mais il leur épargnait l’angoisse de voir porter le coup ; la chevalerie de notre temps force une femme et deux jeunes filles de regarder lentement rôtir l’une son mari, les autres leur père ! !