Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/231

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 233 —

leur ton, qu’en déjeunant un matin avec ses compagnons de voyage, il survint une connaissance de ceux-ci qui se mit à table avec eux. Cet individu avait un magnifique nègre. L’un des premiers avait aussi une négresse remarquablement grande et belle. Les deux maîtres remarquèrent la beauté des deux échantillons, comme on disait au Sud, et tout à coup l’un d’eux dit à l’autre : « Dites-donc, si nous les mettions ensemble !… » — Mais sans doute dit l’autre, quel beau nègre cela ferait ! !

— Mais, observa timidement mon ami — de l’assertion duquel, si je vous le nommais, vous ne douteriez pas un instant — mais c’est affreux cela !

— Bah ! bah ! disent les deux autres en riant à gorge déployée, des nègres ! ! Mais d’où venez-vous donc ?

Eh bien, voilà comme on faisait cas de la moralité d’êtres humains que l’on baptisait !

Tout, dans le système, tendait à corrompre la population sans ressources ! Était-ce par exemple la contemplation habituelle, journalière, des femmes exposées nues qui pouvait rendre la canaille meilleure ? Cela