Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/196

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 198 —

vaient-ils empêcher ce malheur après leur mort !

Il ne se faisait pas de vente importantes d’esclaves que plusieurs familles ne fussent dispersées ; et comment pouvait il en être autrement ? Une grande vente d’esclaves, surtout pour une liquidation d’affaires, s’annonçait à de grandes distances ; les trafiquants d’esclaves y venaient de partout, et l’on sait si ces gens consultaient autre chose que leur intérêt. S’il était plus avantageux pour eux d’acheter une famille entière tout allait bien, mais s’il trouvaient leur avantage à la vendre séparément, ce n’était certes pas la philanthropie ni la charité chrétienne qui les en empêchaient !

Le National Intelligencer de Washington, il y a quelques années, annonçait pour le 16 février, 1855, la vente des esclaves de défunt H. B. Hill qui devait avoir lieu à la Nouvelle-Orléans. Trois cents quatre-vingt-cinq esclaves devaient être vendus.

Une pareille troupe d’esclaves représentait une valeur de plus de $300,000. Une vente de cette importance valait la peine d’être annoncée à de grandes distances, car on était sûr que les spéculateurs y afflue-