Page:Dessaulles - La guerre américaine, son origine et ses vraies causes, 1865.djvu/167

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il répugne toujours, dans les pays qui ont le bonheur d’être exempts du fléau, de la malédiction de l’esclavage de croire à ces horreurs, et pourtant elles existent, il n’y a pas à en douter.

D’ailleurs, Messieurs, nous avons au milieu de nous plusieurs personnes qui ont vécu dans le Sud, qui ont observé cette société coupable de toutes les cruautés et de toutes les immoralités imaginables, et quelques-unes de ces personnes m’ont fait l’honneur de venir m’assurer que tout ce que j’avais affirmé, avancé, était vrai à la lettre ; et elles m’ont rapporté des faits qu’elles avaient vus de leurs yeux, qui sont pires que tout ce que je vous ai dit jusqu’à présent. Comment douter du moins quand le plus est prouvé, et prouvé par ceux-mêmes qui vivent au milieu de vous et que vous connaissez tous !

Un jour une alarme de feu sonne à Baltimore. Les gens qui arrivent à la maison incendiée en parcourent les pièces et y trouvent deux femmes qu’on y avait laissées.

L’une d’elle était une jeune fille d’une grande beauté qui était attachée dans le grenier et qui avait été traitée d’une ma-