Page:Descaves - La Vie douloureuse de Marceline Desbordes Valmore.djvu/255

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
233
LA MÈRE

page, et la plus anodine, pour provoquer l’accès de doute. Et les cris du patient, traversant les murs et l’espace, bouleversaient la pauvre femme à soixante ans comme autrefois. Alors, ils gémissaient ensemble, ainsi que deux blessés en des lits jumeaux. Mais c’était elle, soulevée sur son coude et raidie, qui préparait les potions calmantes.


Ta dignité d’homme, dont tu es parfois si jaloux, m’est aussi sacrée qu’à toi. C’est pour qu’elle ne fût jamais compromise que j’ai toujours évité d’exalter ton cœur déjà si sévère contre tes étourderies. Le mien pleurait souvent, mais lu n’en savais rien, car tu aurais été trop irrité sur toi-même ou contre d’autres à qui je pardonne devant Dieu tout ce qui peut t’attrister dans le passé ! N’y pense plus ! (Mot bien féminin de sa part à elle qui ne cessait d’y penser.) Sois indulgent avec toi et alors tu m’aimeras mieux pour ton bonheur. Nous pouvons être infiniment heureux l’un par l’autre ; un ménage uni est le premier bien de ce monde.


Sept ans après (1839) :


Auprès de ce doux éloge, qui m’est si cher, de toi, sur un livre (Violette) qui n’aura pas d’autre succès, tu réveilles un sentiment d’une douleur profonde en me demandant si je ne suis pas fâchée d’être mariée à toi… Tiens, Valmore, tu me fais bondir hors de moi-même en me supposant une si petite, et si vaine et si basse créature ! Me supposer une idée ambitieuse, un regret d’avarice ou d’envie pour les plaisirs du monde, c’est me déchirer le cœur qui n’est rempli que de loi et du désir de te rendre heureux…