Page:Descaves - La Vie douloureuse de Marceline Desbordes Valmore.djvu/230

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
208
MARCELINE DESBORDES-VALMORE

À la fin pourtant, Marceline remportait une demi-victoire en faisant entr’ouvrir à son mari les portes de l’Odéon. Mais y être engagé ne suffisait pas ; encore fallait-il que le malheureux théâtre donnât signe de vie. Or, Balzac lui-même ne réussit pas à le galvaniser avec son drame : Les Ressources de Quinola (mars 1842) ; si bien que Mme Valmore n’eût réellement pas su où « jeter son âme » comme elle disait, sans le dédommagement que lui procura l’amitié agissante de Sainte-Beuve.

Il s’était chargé d’émonder et de présenter au public une nouvelle édition de ses Poésies, édition qui parut, en effet, chez Charpentier, précédée de la notice dont le critique des Lundis avait donné la primeur à la Revue de Paris (12 juin 1842.)

Les relations étaient suivies. Quand Ondine alla en Angleterre consulter le docteur Curie, le célèbre homéopathe, Sainte-Beuve correspondit avec elle par l’entremise de sa mère. C’est à Ondine qu’il fait allusion dans son introduction aux Poésies :

Déjà même au bord de ce doux nid, gloire et douceur maternelle ! une jeune voix sonore, lui répond. Je voudrais dire, mais je ne me crois pas le droit d’en indiquer davantage.


Ondine, en effet, envoyait des vers à Sainte-Beuve, pour qui ce flirt littéraire n’était pas sans attraits. El les éloges qu’il donnait à ces ébauches