Page:Descaves - La Vie douloureuse de Marceline Desbordes Valmore.djvu/216

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IV

LA MÈRE
Ses enfants. Pauvreté. Deuils. Déclin. Derniers jours.



Marceline n’accompagnait pas son mari à Lyon parce que ses enfants avaient besoin d’elle, et besoin d’elle à Paris. Son fils Hippolyte, qui voulait être peintre, allait avoir pour maître, après Renou, Paul Delaroche, désireux d’acquitter une dette envers l’oncle Constant Desbordes, qui lui avait, le premier, fait tenir un crayon. Ondine venait d’entrer, également pour dessiner, chez Mme Handebourg-Lescot, dont l’atelier se trouvait rue La Bruyère, où demeurait alors la famille Valmore… Et puis…, et puis, la pauvre femme était si lasse, que l’on entend comme un écho de sa prière quotidienne dans ce vers suppliant du Dimanche des rameaux :

Défendez aux chemins de m’emmener encore !