Page:Descaves - La Vie douloureuse de Marceline Desbordes Valmore.djvu/213

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
191
L’ÉPOUSE

Qu’est-ce que cela veut dire ? Y a-t-il rapport de cause à effet entre cette scène et le début de la lettre du 30 juillet à Pauline :

J’ai tenté Dieu, Pauline ! À force de lui demander l’éloignement de ce qui me faisait mal à Paris, Dieu m’a jetée loin de tout ce qui m’y attachait. »


Énigme indéchiffrable. Et si d’aucuns, pour en trouver le mot dans Latouche, s’appuyaient sur ces textes, j’irais encore à rencontre avec ce postscriptum d’une lettre adressée de Milan, le 25 juillet, par Marceline à Mme Bra :

Dites à Hippolyte de passer chez M. de la Touche et Dumont (l’éditeur) pour leur dire que leurs envois seraient perdus s’ils ne les affranchissaient jusqu’à la frontière.


L’observation, que j’ai déjà faite à propos de l’oncle Constant, s’applique, à plus forte raison, à Hippolyte, et je me refuse à croire que Mme Valmore se serait servie de l’un ou de l’autre pour entretenir des relations avec l’ancien amant introduit par elle dans la famille.

Les derniers jours passés en Italie furent affreux.

À peine savons-nous comment nous allons regagner Lyon et si Valmore ne sera pas obligé de rester en Italie pour suivre ces malheureux comédiens…