Ouvrir le menu principal

Page:Des Essarts - Les Voyages de l’esprit, 1869.djvu/300

Cette page n’a pas encore été corrigée


la tête aux prêtres constitutionnels, qu’on mettait en croix, qu’on enterrait vifs les patriotes, circulait, comme le branle de ces Saturnales, la ronde que Mercier compare à la danse d’Holbein, sacrilége et lubrique, le bal à la victime !

A Paris, quelle était la situation ? D’un côté, le peuple découragé, la tête courbée soiis le poids de la misère et de la famine. De l’autre côté, la jeunesse dorée de Fréron, l’avant-garde des royalistes. Et qu’est cette jeunesse dorée, sinon la race éternelle des libertins et des inutiles ? Ce sont ces mêmes damerets qui, dans l’année terrible, se cachaient pour se dérober à la défense de la patrie. Ils se retrouvent prêts à la réquisition du guet-apens et de la violence.

« Une armée de muscadins tenait les rues, gardait « les boulevards, chassant à coups de canne les Jaco

« bins hors des jardins publics Les muscadins se

« mettaient vingt contre un, assommaient les hommes, « battaient les femmes, non-seulement au Palais-Royal, « à Coblentz, mais dans la Convention même, dans les « tribunes. »

Et quels tristes héros que ces muscadins ! Voici comment ils étaient jugés par un des Girondins fidèles à la tradition républicaine :

« Qu’est-ce qu’un collet noir (1) ? J’en distingue de « trois sortes : les émigrés, les poltrons fugitifs de nos « armées ou soustraits à la réquisition à force d’or et « de bassesses ; vient ensuite ce vil troupeau de petits

(1) On appelait ainsi les muscadins, du signe de ralliement qu’ils avaient adopté.