Ouvrir le menu principal

Page:Des Essarts - Les Voyages de l’esprit, 1869.djvu/243

Cette page n’a pas encore été corrigée


Ces réserves faites pour la dignité de celui que nous aimons, rendons grâce à Victor Hugo de nous avoir donné une œuvre accomplie en bien des points, puissante et souvent bienfaisante, et partout traversée par ce grand souffle d’amour et de justice qui court des phalanges de Salamine à la cime des vagues, des harangues de Guadet au feuillage des yeuses !