Page:Denne-Baron - Dithyrambe, 1823.djvu/9

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
(7)

Ce n’est sous ses rameaux qu’une éternelle fête,
L’Amour y vient rêver de jeux et de conquête,
Et l’Hyménée en paix y vient former ses nœuds ;
Sur ses maîtres unis par une amitié tendre
De printemps en printemps son ombre aime à s’étendre
Et promet à leurs fils ses fruits délicieux !


Et promet à leurs fils sesDENNE-BARON,
Et promet à leurs fils de plusieurs Académies.