Page:Denne-Baron - Dithyrambe, 1823.djvu/7

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
(5)

Des Etna soutLà finit ton délire,
Des Etna soutTyr aux vastes projets,
Des Etna soutTon dernier brave expire
Des Etna soutSur tes bronzes muets.

À l’aspect de ces morts, de ce roc lamentable,
De ces glacis de sang, théâtre épouvantable
De ces glacisDes fureurs des humains,
Des tendres séraphins les faces se voilèrent,
Dans les yeux du héros de tristes pleurs roulèrent.
Dans les yeuAu ciel il tend les mains :

« Toi, dit-il, dont le doigt fit pencher pour la guerre
« Toi, dit-il,» Tes bassins éternels,
« Toi, dit-il,» Au bonheur des mortels
» Faut-il que ce fléau soit parfois nécessaire !
» Par ce sang pour la paix à regret répandu,
» Par ce sang espagnol au nôtre confondu,
» Par mes aïeux enfin, peuples, je vous conjure,
» Rois, je vous en supplie, oubliez toute injure ;
» C’est là ma récompense et tout ce qui m’est dû ! »

Il dit, et marche droit aux colonnes d’Hercule ;
L’hydre des factions devant ses pas recule ;
Dans les murs de Cadix il s’enferme indécis :
Dans les mEn vain sa gueule enflammée
Dans les mD’une stérile fumée
Couvre le camp français sur le rivage assis ;
Couvre le Devant nous la porte tombe,
Couvre le Et le monstre qui succombe
De sa dernière écume outrage encor les lis.

C’est peu : pour contempler nos pompes triomphales,
Qu’à leur sang refusa le destin rigoureux,