Page:Delly - Dans les ruines, ed 1978 (orig 1903).djvu/180

Cette page a été validée par deux contributeurs.

Elle ouvrait la bouche pour répliquer, mais son père s’avança et, lui saisissant le bras, la poussa vers la porte en répétant d’une voix saccadée :

— Va-t’en… Va-t en !

Elle tourna le dos avec un ricanement et s’éloigna… D’un pas lent et pénible, le vieillard rentra dans la chambre, dont la porte se referma sur lui.

— Voilà la justice de Dieu, dit Even à sa nièce, qui s’appuyait, pâle et frissonnante, au chambranle de la porte vitrée. Comme moi, mon père a connu peu à peu la vérité… Maintenant, à l’œuvre. Rassurez-vous, ma pauvre enfant, Georgina a seulement voulu vous infliger une poignante inquiétude, mais quant à chercher autre chose, non, non, Alix, je vous assure !

Sa conviction ne semblait cependant pas très profonde ; et celle d’Alix ne l’était pas davantage, car elle murmura :

— Mathurine l’a dit, elle est capable de tout…

La servante s’était éclipsée pendant la précédente scène et revenait en ce moment, apportant la seconde lanterne.

— En route ! commanda Even. Miss Elson, vous allez, n’est-ce pas, rester avec Xavier, puisqu’il faut désormais une constante surveillance près de ces pauvres enfants !… Allons, Mathurine !

— Et moi aussi, mon oncle ?

— Vous, Alix !… Non, certes, je ne vous exposerai pas à cet ouragan…

— Croyez-vous donc que je pourrais demeurer tranquillement ici, tandis que mon pauvre petit souffre peut-être et appelle sa sœur ?… Non, non, mon oncle !

— Alix, je ne vous emmènerai pas…

Mais, sans l’écouter, elle s’élança au-dehors et se dirigea vers le parc, sous la rafale qui la repoussait brutalement.

178