Page:De Forges, de Leuven, Roch - L'alcôve.pdf/32

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



TOUS.

Allons nous en… (Fausse sortie.)


ROUSSELOT, revenant.

Dites donc, commandant, eh ! ben, nous n’avons pas visité l’alcôve…


RAYMOND, à part.

Aie !.. l’animal !..


SAUVAGEOT, riant.

Ils sont étonnans !.. Allons, visitons l’alcôve.. pour leur faire plaisir…


RAYMOND, devant l’alcôve.

Ah !.. assez de perquisitions comme ça !..


SAUVAGEOT.

Bah ! sergent…. Qu’est-ce que ca vous fait ?… laissez-nous voir…


TOUS.

Oui… oui…


RAYMOND.

Je vous dis que vous n’entrerez pas.. (Prenant son fusil.) Le premier qui approche…


SAUVAGEOT.

Écoutez, sergent…. ne vous rebellionez pas contre la force armée…. c’est que nous sommes en nombre… La maison est cernée…


RAYMOND, à part.

Que faire ?..


SAUVAGEOT.

Voyez-vous comme il se trouble !.. Une fois, deux fois, y a-t-il quelqu’un dans l’alcôve ?..


RAYMOND.

Eh ! bien, oui, il y a quelqu’un.


TOUS.

Ah !..


RAYMOND.

Mais, ce quelqu’un ne vous regarde pas…


SAUVAGEOT.

A cause ?…


RAYMOND.

C’est une femme !..


TOUS.

Une femme !…


RAYMOND.

Ma maîtresse !..


SAUVAGEOT, riant.

Oh ! que c’est mauvais…. je ne vous crois pas, sergent… le subterfuge est trop grossier… Marche, vous autres l (Ils s’avancent sur l’alcôve).