Ouvrir le menu principal

Page:De Forges, de Leuven, Roch - L'alcôve.pdf/12

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



FOURGNOLLES.

Le courage va sans ça, mère Flouquet.


VIGOUREUX.

C’est égal… le vin n’est jamais nuisible. (Il verse à boire à ses camarades.)


LA MÈRE FLOUQUET.

La recrue est nombreuse cette fois-ci…


FOURGNOLLES.

J’crois ben.., tout le monde part, même… (Frappant sur le dos de Vigoureux qui est bossu.) Excepté pourtant les hommes mariés…


VIGOUREUX, à Marielle.

Savez-vous, Mademoiselle Marielle, que le citoyen Sauvageot vous a épousée à temps tout d’ même… un peu plus tard, il se trouvait empaumé dans la mobile…


FOURGNOLLES.

Ah ! c’est vrai… c’est qu’elle ne badine pas la mobile…


MARIELLE.

Où est donc le citoyen Raymond ?


VIGOUREUX.

Le sergent recruteur… Il est allé chercher quelques attardés… Nous l’attendons.


FOURGNOLLES.

Dites donc, mère Flouquet…. C’est ben honorable pour vous d’avoir eu à loger dans votre domicile le sergent des réquisitionnaires…


MARIELLE.

C’est un si brave homme !


VIGOUREUX.

J’crois ben… Il est pétri de cœur le citoyen Raymond.


FOURGNOLLES.

Aussi, j’ sommes fiers de partir sous ses ordres… Et ce soir, par file à gauche, en avant, marche !…


MARIELLE, à part.

Ce soir !…


VIGOUREUX, un verre à la main.

A la santé du sergent recruteur !


TOUS.

A la santé du sergent ! (On entend chanter dans la coulisse.) Le voilà !…


Scène III.

Les Mêmes, RAYMOND.



CHŒUR.
Air : Je suis roi d’Angleterre.
––––––––Soldats d’la république,
––––––––––––Allons,