Page:De Charrière - Bien-né. Nouvelles et anecdotes. Apologie de la flatterie.djvu/38

Cette page a été validée par deux contributeurs.
29

rions à des réformes néceſſaires, & nous jugent tous ſur le réquiſitoire de M. Séguier, nous calomnient, & nous ôtent l’honneur auſſi injuſtement que l’on auroit ôté la vie à Bradier, L’ardoiſe & Simare. Ah ! Sire, quand nous n’y gagnerions, vous & nous, que de ne plus entendre tant de lugubres hiſtoires, ces réclamations, ce blâme, ces plaintes, ces mots deſpotiſme, injuſtice, indolence, iniquité qui, non-ſeulement bourdonnent à nos oreilles mais accompagnent nos noms, ou les noms de nos fonctions, d’un pôle à l’autre, ne ſeroit-ce pas la peine pour vous de régner ſans Lettres de Cachet, & pour nous de mieux juger ?


De Charrière - Bien-né. Nouvelles et anecdotes. Apologie de la flatterie (page 38 crop).jpg