Page:David - Laurier et son temps, 1905.djvu/14

Cette page a été validée par deux contributeurs.
17
LAURIER ET SON TEMPS

Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

du discours et de la plaidoirie dessinait assez visiblement sa vocation, et ses préférences pour les orateurs libéraux indiquaient de quel côté il tendrait ses voiles.

Dans les dernières années de son cours classique, il se fit remarquer par des compositions et des discours qui déjà portaient la marque de son esprit délié, délicat, artistique et pondéré.

C’était l’orateur en vogue du collège.

Il n’eut pas besoin, comme tant d’autres, de se torturer l’esprit et la conscience pour connaître sa vocation. La nature de son esprit et de ses aspirations le portait naturellement vers le barreau.

Aussi, ses études classiques finies, il entra dans l’étude des MM. Laflamme, l’un des meilleurs bureaux d’avocats de l’époque, et suivit les cours de droit du collège McGill.

Il ne pouvait faire un meilleur choix.

Comme il ne pouvait plus compter sur l’assistance pécuniaire de son père, il se fit payer un salaire par ses patrons pour faire l’ouvrage de routine de leur bureau, et leur donna pleine et entière satisfaction. Ils n’avaient jamais eu de clerc plus assidu, plus intelligent, plus laborieux. Sa vie d’étudiant fut sage, modeste, studieuse et sobre. Il employait les loisirs que lui laissaient le bureau et l’université à lire, à étudier les lettres et l’éloquence. Dans les clubs politiques ou littéraires, comme au McGill, il brillait au premier rang et faisait admirer les premières lueurs d’une éloquence destinée à jeter plus tard tant d’éclat.


David - Laurier et son temps, 1905, illust p015.png

Le Père de Laurier

Sa bonne conduite, sa sobriété, sa modestie, son amour du travail et du devoir illustrèrent sa cléricature et fécondèrent les premières années de sa carrière. C’est une leçon et un exemple pour la jeunesse qui trop souvent, hélas ! compromet son avenir et gaspille dans des plaisirs énervants des forces précieuses, des talents pleins de promesses. Un trop grand nombre oublient que le succès et le