Page:Daviault - La Grande aventure de Le Moyne d'Iberville, 1934.djvu/55

Cette page a été validée par deux contributeurs.
56
LA GRANDE AVENTURE DE LE MOYNE D’IBERVILLE


Daviault - La Grande aventure de Le Moyne d'Iberville, 1934.djvu

V

« ILS LES ONT PAYÉS POUR VENIR
TUER LES FRANÇAIS »


I



“DE l’isle de Charleston, le 21 septembre 1688, copie d’une lettre du Sr. d’Yberville, commandant dans la baie du Nord du Canada :

Je crois vous avoir dit que, tant que les Anglais seraient au port-Nelson, cela ferait tort à la Compagnie de 30 à 40 000 peaux de castor tous les ans ; que, s’ils ne veulent pas parler d’accommodement pour que tout nous reste, on n’a qu’à permettre à 50, 60 ou 100 bons hommes, s’il le faut, de s’en emparer ; il n’en coûterait à la compagnie du Nord que le vaisseau de marchandises qu’il faudrait mener pour y faire la traite, la même année ; en cas que le fort ne fût pas pris, 50 Canadiens les empêcheraient de faire aucune traite.