Page:Daviault - La Grande aventure de Le Moyne d'Iberville, 1934.djvu/54

Cette page a été validée par deux contributeurs.
55
À LA BAIE D’HUDSON

Sans s’émouvoir, il hisse le pavillon du roi et celui de la compagnie d’Angleterre sur son vaisseau qui porte toujours le nom anglais, puis, s’approchant de l’autre, il entame la conversation par l’intermédiaire de ses prisonniers.

Un projet d’une audace folle germe dans sa cervelle. « Nous nous promîmes de nous tenir compagnie et que pour cela je porterai le feu, ce que je fis pendant 120 lieues durant lequel temps nous nous parlâmes cinq fois attendant un vent favorable pour nous visiter en chaloupe et tâcher de les prendre après leur avoir ôté 8 ou 10 hommes, quoiqu’il fussent 25 de compte fait : Chouart était avec eux que je reconnus. Mais le temps ne nous permit pas de nous visiter ».