Page:Daviault - La Grande aventure de Le Moyne d'Iberville, 1934.djvu/192

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Daviault - La Grande aventure de Le Moyne d'Iberville, 1934.djvu

VII

FIN DE L’AVENTURE


I



MALADE, réduit à l’inaction, d’Iberville s’enfonce souvent dans les rêves sans fin. S’il ne se lasse d’élaborer des projets, il s’arrête à contempler sa vie, si courte encore, mais si remplie. Il en peut constater la belle unité, l’effort tendu vers un seul but. Une date, un nom en marquent le début : La Salle, 1683. C’est dans les conversations du séminaire de Saint-Sulpice avec l’explorateur à l’âme ulcérée qu’il a trouvé son orientation. Il eut alors ce bonheur si rare : connaître le ressort secret de l’action d’un grand homme. Il eut cet autre bonheur : être appelé dès son entrée dans la carrière à participer à une grande œuvre ; apprendre, avant d’être pris dans l’enchaînement inextricable des circonstances, quel sens donner à son activité.