Page:Daviault - La Grande aventure de Le Moyne d'Iberville, 1934.djvu/114

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Daviault - La Grande aventure de Le Moyne d'Iberville, 1934.djvu

I

SUR LES PAS DE LA SALLE


I



LA SALLE ayant erré deux ans à la recherche de l’introuvable Mississipi succombait un soir, près de la rivière du Malheur, sous les balles du chirurgien Duhaut qui, pour un morceau de pain, avait assassiné le laquais et le neveu du commandant. Il voulait cacher son crime par un autre. L’explorateur à la figure hautaine, au caractère difficile mais au courage indomptable, avait eu pour linceul le grand manteau de pourpre aux galons d’or qu’il revêtait toujours dans ses expéditions, un peu par vanité, surtout pour imposer aux sauvages, ces grands enfants. Il avait eu le sort de Hernando de Soto, le conquistador dont il rêvait, enfant. Son œuvre descendait avec lui dans la tombe.

Depuis cette lugubre nuit du 17 février 1687, où un assassin avait arrêté la carrière du décou-