Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/93

Cette page a été validée par deux contributeurs.
93
Les aventures de Perrine et de Charlot
(Elle rit en se détournant un peu.)

catherine de cordé, la menaçant du doigt.

Tu sais, petite, il ne faut pas craindre que les Iroquois !


marie-madeleine, avec une précocité comique.

Je le comprends. Je me suis fait au dedans de mon cœur la même réflexion que vous, grand’mère ! Trois beaux jeunes hommes, à la fois, c’est effarant !…

Marie Le Neuf et Louise Couillard se mettent à rire. Oh ! ce rire ! Frais, perlé, il fuse gentiment dans la pièce aux meubles sévères.

Jacqueline Potel apparaît. Ces voix cristallines l’attirent. La jeune femme reste friande de gaieté.


jacqueline potel

Puis-je entrer, Madame Le Gardeur ?


catherine de cordé

Certes ! ma bonne Jacqueline.


jacqueline potel

Mon mari vient d’être appelé auprès de M. de Montmagny ainsi que M. de Saint-Sauveur. Ils apportent un échiquier, ce qui signifie que nous ne les reverrons que fort tard dans la soirée. Mais j’interromps une intéressante conversation ?


catherine de cordé

Ma petite-fille a toute l’éloquence de la jeunesse en face d’une heureuse rencontre.


marie-madeleine

Jacqueline, trois aimables Canadiens nous ont parlé cet après-midi. C’était exquis.


catherine de cordé, fronçant les sourcils.

Comment, on s’est rapproché ?