Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/87

Cette page a été validée par deux contributeurs.
87
Les aventures de Perrine et de Charlot


catherine de cordé, patiemment.

Voici, mon brave Julien. Écoutez-moi avec attention. Votre capitaine vous commande de rester ici, de prendre soin de Charlot lorsque je le désirerai, et à d’autres heures de travailler sous les ordres de M. de Saint-Jean. Cela vous va-t-il ? Suis-je plus claire que tantôt ?


julien l’idiot

Ah !… c’est mon capitaine qui…

(Gravement.)

Si mon capitaine a ordonné, Madame, il faut obéir.

(Il rit soudain, mais sans bruit.)

Ah ! Ah ! je reste avec mon petit ami alors… Ah ! Ah !… il est bon, mon capitaine ! Il pense à tout. Ah ! Ah !…


jean bourdon

Mon brave homme, c’est Madame…

(désignant Catherine de Cordé.)
… qui a un coeur compatissant. Vous devez à son intercession auprès du capitaine votre séjour au milieu de nous. Vous le devez à Madame seule.
(Il appuie fortement sur ces derniers mots.)

Lentement, bien lentement, la vérité pénètre dans l’esprit de l’infirme. Il tressaille. Avec un cri, et tenant toujours Charlot, il se jette aux pieds de Catherine de Cordé.


julien l’idiot

Madame, Madame, je comprends !… Ah !…

(sa voix rauque s’étrangle.)
je me ferais tuer pour vous, Madame, pour vous… et les petits…