Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/79

Cette page a été validée par deux contributeurs.
79
Les aventures de Perrine et de Charlot
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

— Voyons, Charlot, sois raisonnable. Puisqu’il va revenir, reprend Perrine.

Mais Charlot rit de bien bon cœur quelques instants plus tard. Jean Bourdon l’a soulevé et fait atteindre certains objets qui lui plaisent beaucoup : un petit arc sauvage et des flèches. Il a la permission d’apporter ces trésors.


catherine de cordé

Je vous raconterai plus tard, mes amis, l’histoire de ces petits. Ils ne me tiennent par aucun lien de sang, quoique mon cœur les ait adoptés avec tendresse… Mais allons d’abord nous reposer puisque vous m’en faites l’offre si gracieusement.

Et au soir de ce beau jour, dans un coin obscur du couvent de Notre-Dame-des-Anges, à la lueur d’une bougie, un bon jésuite note dans « la Relation » destinée à ses supérieurs, les touchants événements du 11 juin 1636. Il dit : … « la quantité de familles qui vient grossir la colonie l’accroît notablement, celles entre autres de M. de Repentigny et de M. de la Poterie, braves gentilshommes… C’est un sujet où il y a à louer Dieu, de voir en ces contrées des Demoiselles fort délicates, des petits enfants tendrelets sortir d’une prison de bois, comme le jour sort des ténèbres de la nuit et jouir après tout d’une aussi douce santé, nonobstant toutes les incommodités qu’on reçoit dans ces maisons flottantes comme si on s’était promené à la Cour dans un carosse. »



Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923 (page 15 crop).jpg