Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/75

Cette page a été validée par deux contributeurs.
75
Les aventures de Perrine et de Charlot

Attentif au bien-être de tous, le capitaine n’a porté que distraitement les yeux sur le conducteur de la chaloupe qui l’amène vers Québec. Son regard tout à coup tombe plus longuement sur lui. Il s’exclame :


m. de courpon

Jean Nicolet ! Mais comment donc ?

(Il interroge des yeux.)

jean nicolet, gaiement.

Mais oui, mais oui, Jean Nicolet, en chair et en os. Pourquoi ne serais-je pas à Québec tout comme un autre, aujourd’hui ? Trois-Rivières me reverra bien assez tôt, capitaine.


m. de courpon

Il y a du neuf, ici, à ce qu’il me semble. Qu’est-ce ?


jean nicolet

Rien d’autre, hem ! que l’arrivée du nouveau gouverneur, Charles Huault de Montmagny. Le vaisseau qui nous l’a amené a jeté l’ancre ici, la nuit dernière.


m. de courpon

Ah ! vraiment.

(Triste, un peu songeur.)

Ce pauvre Samuel de Champlain ! Déjà remplacé ! Il valait son pesant d’or, celui-là. Quel homme !…


jean nicolet, bas et ému,

Oui, nous l’adorions ici…

(Après, quelques instants de silence.)

C’est heureux tout de même, capitaine, que vous apparaissiez aujourd’hui. Notre petite colonie festoie depuis le matin. Vous en aurez votre part.