Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/63

Cette page a été validée par deux contributeurs.
63
Les aventures de Perrine et de Charlot


catherine de repentingy

Cela ne fait rien.

(Embrassant Perrine.)

Nous serons amies, dis ? J’ai sept ans. Et toi ?


perrine

Huit ans.


marie de la poterie

Tu es notre aînée. Je n’ai que six ans, moi, et Anne, sept ans comme Catherine. Tu ne dis rien, Anne ?


anne du hérisson, timidement.

Tout à l’heure.

(Elle prend la main de Perrine dans un joli mouvement d’affection.)

La voix de Charlot se fait entendre. Perrine tressaille. L’avait-elle donc oublié ce frère chéri ? Elle court près de lui.

L’enfant est assis tout droit dans son lit improvisé. Il considère d’un regard mi-effrayé, mi-heureux Mme de Repentigny. Elle vient de s’approcher, ayant causé quelques instants, à l’écart, avec le père Jogues.

Perrine dorlote Charlot, et doucement l’oblige à se recoucher. Julien l’idiot semble consterné. Il regarde avec hostilité le groupe des visiteurs. N’est-on pas venu troubler son petit ami ?


PERRINE, avec reproche.

Mais qu’as-tu donc, Charlot ?


CHARLOT, avec crainte et espoir les yeux fixés sur Mme de Repentigny.

Perrine, cette dame, ça n’est pas notre jolie maman, avec de beaux vêtements faits par les anges ?