Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/62

Cette page a été validée par deux contributeurs.
62
Les aventures de Perrine et de Charlot

en arrière la tête mignonne, et plongeant un regard amical dans les yeux de l’enfant :


catherine de cordé

Comment t’appelles-tu, petite ?


perrine

Perrine Dumay, Madame.


catherine de cordé

Et ton frère ?


perrine

Charlot.


catherine de cordé

Viendrais-tu volontiers vivre près de moi ?


perrine, timidement.

Avec Charlot ?


catherine de cordé, souriant.

Avec Charlot.


perrine, fervente.

Oh ! alors, Madame, avec bonheur.


catherine de cordé, la pressant contre elle.

Bien, bien, petite Perrine. Tu me plais. Tes yeux bleus sont purs, très tendres. J’ai foi en eux. Viens me présenter ton frère. Nous serons deux à le choyer.

Mais avant de se rendre près du malade, Catherine de Cordé fait signe aux autres enfants de s’approcher. Tous entourent Perrine avec empressement, lui sourient. Un peu de curiosité se devine dans les gentilles physionomies. L’aïeule présente à tour de rôle les enfants à Perrine.


marie de la poterie, à Catherine de Cordé.

Grand’mère, nous allons tous aimer beaucoup Perrine. Comme elle est grande !… Un peu plus que toi, cousine Catherine.