Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/38

Cette page a été validée par deux contributeurs.
38
Les aventures de Perrine et de Charlot

tendue avec son plus beau sourire.

Perrine est une petite fille réservée et volontiers silencieuse. Aux nombreuses questions qu’on lui pose, elle répond brièvement. Elle ne se compromet pas. Mais souvenons-nous qu’elle est normande, et que dans son pays l’on est prudent…

La voiture roule, un jour, deux jours. La bonne entente parmi les voyageurs ne diminue en rien. De tous côtés maintenant l’on appelle Perrine. Elle semble heureuse de rendre le plus léger service. On caresse aussi Charlot, mais le petit demeure sombre et se presse contre sa sœur, sans répondre. Enfin, au soir du troisième jour, la voiture entre dans la petite ville de Dieppe. Chacun se secoue ; les colis sont rassemblés ; des poignées de mains s’échangent. Peu à peu les voyageurs descendent. La plupart s’éloignent dans des directions opposées. Et lorsque, enfin, dans la rue principale de la ville, la diligence s’arrête devant l’auberge, le vieil Ephrem n’ouvre la portière qu’à ses deux petits amis.



Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923 (page 15 crop).jpg