Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/32

Cette page a été validée par deux contributeurs.
32
Les aventures de Perrine et de Charlot

La petite fille hâte ses préparatifs. Elle s’encombre de peu de chose. On se rend si loin. Mais tout à coup voilà qu’elle songe au bas de laine où il y a plusieurs pièces d’or. Que va-t-elle en faire ?… L’enfant reste perplexe durant quelques instants. Puis un souvenir traverse son esprit.

Elle se rappelle un conte que lui narrait autrefois son père. Dans ce conte il y avait un petit garçon qui portait un bel habit bleu à larges boutons. Il le porta si longtemps son bel habit, qu’un jour, alors qu’il vivait loin de ses parents qui étaient devenus pauvres, il fallut le remettre à neuf. Or, en essayant de recouvrir les larges boutons, ne s’aperçut-on pas qu’ils étaient faits de pièces d’or recouvertes d’une étoffe solide… Perrine se souvient d’avoir battu des mains de plaisir, admirant fort la maman du petit garçon d’avoir caché ainsi un trésor.

« Eh bien ! pense la petite, je ferai de même avec les habits de Charlot. Vite, vite, à l’ouvrage !… » Comme le temps lui dure !… Elle a bien chaud. Elle se sent fatiguée. Qu’importe ! L’aiguille court. Voilà qu’il ne lui reste que quatre pièces d’or. En normande avisée, elle les place deux par deux dans ses souliers.

Elle appelle Charlot. Il est temps de s’éloigner.



Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923 (page 15 crop).jpg